J'ai acheté des CD depuis 1986 (et plein de vinyles avant), j'y ai mis énormément d'argent. J'en ai souvent racheté (remasterisations, bonus tracks...) et aujourd'hui tout ça ne vaut plus rien. Les rayons se vident au profit des DVD, des blu-ray disc (tout pour les yeux, rien pour les oreilles), en attendant le prochain format.

Et pourtant... c'était pas beau tout ça ?


- - - Disapproved by the Central Scrutinizer - - -

mercredi 7 septembre 2011

#8 : The High Llamas "Gideon Gaye"


Au départ, c'est l'histoire de deux irlandais, Cathal Coughlan (le méchant) et Sean O'Hagan (le gentil), peu enclins à verser dans le flûtiau, qui rêvaient dans les années 1980 d'un combo pop provocateur et mélodique à la fois. Microdisney ne durera qu'un temps. Les petits scarabées engagés sur la Voie Initiatique savent tous qu'on ne mélange pas l'eau et le feu. Le méchant, Cathal Coughlan, partira fonder Fatima Mansions, toujours plus avide de violence, de fureur et de bruit. Sean O'Hagan partira lui fonder les High Llamas, enfin prêt à oeuvrer pour la Mélodie éternelle, la ritournelle pop définitive. Définitive, car simple mais exigeante. Loin du cahier des charges de Top of the Pops.

Chacun chercha à créer son Grand Oeuvre. Cathal Coughlan se perdit en chemin, car sans Maître attitré ni revendiqué, il ne trouva jamais la Divine Proportion. Tout juste fut-il utilisé par U2, qui en offrant aux Fatima Mansions la première partie de leur tournée en 1994, cherchèrent à conforter leur nouvelle image de bad boys, après les bigoteries peace & love de Bono au Live Aid. Sean O'Hagan respecta scrupuleusement les indications ésotériques contenues dans le Pet Sounds des Beach Boys, qu'il espérait égaler voire dépasser. Mais lui aussi tomba dans l'oubli car, tous les petits scarabées engagés sur la Voie Initiatique le savent aussi, il faut un jour tuer le Maître.

Pou illustrer cette petite parabole ésotérique, je vous propose ici la Voie Mélodique, le presque parfait Gideon Gaye des High Llamas. Après tout, soyons optimistes, Pet Sounds ne fut reconnu comme un chef d'oeuvre que bien des années après sa sortie. Sur le moment, l'absence de tubes et les visions de Brian Wilson entamèrent sérieusement la carrière des gosses de la plage. Avec Gideon Gaye, sorti en 1995, grâce à la patine du temps et l'absence de nouveaux messies, peut-être Sean O'Hagan peut-il espérer malgré tout fonder une nouvelle religion, maintenant que toutes les bandes de Pet Sounds ont été reéditées (pardon, rentabilisées) en coffret, en stéréo, en 5.1, en DVD-Audio... Après tout, les premiers écrits de la Bible datent de plusieurs dizaines d'années après la mort du Christ...

Ceux qui aiment le Père (Brian Wilson) devraient aimer le Fils (Sean O'Hagan), écoutez-donc la voie du Saint Esprit, les High Llamas.

Amen.



5 commentaires:

  1. Belle pochette et disque pas très loin d'être somptueux! Joli post, donc!
    Jimmy

    RépondreSupprimer
  2. Autre souvenir, m'a redonné goût à la pop (Avec Divine Comedy / casanova) et surtout j'ai commencé mon lobbying Beach Boys contre Beatles, ça change des Stones...

    RépondreSupprimer
  3. Hello
    Ayant écouté Microdisney, puis préféré la carrière erratique de Cathal Coughlan, des Fatima à ses crépusculaires albums solos - très beau concert il y a quelques années dans une Maroquinerie désertée et alors intime - je te remercie de me permettre de compléter le puzzle.
    W.

    RépondreSupprimer