J'ai acheté des CD depuis 1986 (et plein de vinyles avant), j'y ai mis énormément d'argent. J'en ai souvent racheté (remasterisations, bonus tracks...) et aujourd'hui tout ça ne vaut plus rien. Les rayons se vident au profit des DVD, des blu-ray disc (tout pour les yeux, rien pour les oreilles), en attendant le prochain format.

Et pourtant... c'était pas beau tout ça ?


- - - Disapproved by the Central Scrutinizer - - -

samedi 26 mars 2016

#177 : Gérard 2000 "La Mythologie A La Portée De La Plèbe (livre audio)"

Vendredi Saint est férié en Martinique. Ca ferait  une bonne chanson, tiens, si j'étais voyageur déprimé. Je prendrais une photo floue d'une poubelle à Fort-de-France, je prendrais un pseudo, du type Marcel Ganson (passe-partout, quoi) et je chialerais sur le monde. Comme je ne sais pas très bien jouer de la guitare, je la noierai sous des effets ringards (genre les potards à fond sur le flanger, tu vois).

Vendredi Saint
Desseins des ventres ici
Toussaint d'Haiti
La liberté a tout pris...

Un truc du style quoi. Je ferais même semblant de rendre l'auditeur intelligent en nommant l'album d'après un titre de bouquin pas trop connu mais un peu quand même. Rue Case-Nègres ? Pas mal. Je pourrais peut-être avoir le prix Zobel ?

Oui, je sais, elle est facile, mais bon, j'essaie d'être drôle alors que j'en ai pas envie. J'ai le lumbago de la démago, que voulez-vous. Des sociétés secrètes et des poisons qu'elles secrètent. Non, non, ne m'applaudissez pas, ces rimes riches ne sont pas de moi, mais de celui-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom et que, en grand bâtisseur de pont, comme le mouton qu'on tond, j'appellerai Gérard 2000 car je suis tout ébahi par tant de modernité.

Je suis de mauvaise humeur car, effectivement, Vendredi Saint est férié en Martinique et figurez-vous que je comptais passer cette journée tranquillement, dans ma Nissan Terrano, à visiter le nord de l'île, sans penser à rien, juste au poisson grillé de midi.

Et là, au moment de partir, voilà : http://www86.zippyshare.com/v/FNeBFi6f/file.html

Et pourtant, j'avais tout préparé. Ne pas y penser. De toute façon, vendredi saint est un jour férié en Martinique. Et puis quand bien même, jamais tu ne le trouveras ici. Ni sur iTunes. Alors calme-toi. Profite du paysage.

Ben non. Tristes tropiques, hein mon Gégé ! Forcément je l'ai écouté ton livre-disque, je n'ai pensé qu'à ça. Et forcément, fallait que j'en parle. Que faut-il en penser ? La question n'est pas là, c'est forcément un chef-d'oeuvre, la pensée unique en a ainsi décidé. Je vais donc simplement essayer de détailler aussi objectivement que possible ce que je pense du disque de ce sale con.

La pouf de Télérama avait raison, Gérard 2000 récite. Un peu comme Luchini, mais en moins drôle. On a parfois l'impression que ça l'agace lui-même, de lire ces phrases trop longues qu'il a daigné écrire. De la vraie transmission de pensée, je vous jure. On l'entend se dire "mais pourquoi je me fais chier à écrire des choses aussi belles pour des cons". Et on est tout triste, franchement. On essaie de comprendre ces sophismes sans grande portée dont il nous parle. On est bêtes, c'est mal (animal, on est con quoi). Des fois ça l'énerve tellement de devoir maintenant tout nous expliquer entre les chansons qu'il laisse même une fille parler.

Sacré Gérard 2000, il a carrément inventé le podcast payant (normalement il faut acheter le disque pour l'écouter).

Oui bon, je vous entends pleurer, les vrais les purs. Tu es un salaud, après tout avec La Mort d'Orion déjà il y avait des gens qui parlaient dans le disque et c'était un chef d'oeuvre presque aussi bon que le 1er album des Small Faces (commentaire anonyme de J.).

Laisse-moi t'expliquer un truc mon Gégé. C'est de la politique contemporaine, tu peux pas comprendre, ça n'a rien à voir avec les grecs, mais fais un petit effort. A l'époque où tu t'amusais à mettre des cris d'animaux sur une chanson en pleine France de mai 1968, tu est devenu le chantre (j'ai failli mettre un c par pure méchanceté) de la désillusion, autrement dit le porte-parole de la Valeur que la gauche à venir allait transformer en crédo. De Mitterand à François 1er, les Amis de la Rose se sont acharnés à nous expliquer que cette société est vraiment pourrie, qu'on aurait pu essayer mais que bon c'est même plus la peine, même les fonctionnaires et la retraite c'est fini. Tu étais donc, avant même Pompidou et Giscard, totalement d'avant-garde. Mais comme le chante si bien Gérard Lenorman (encore un Gérard qui a réussi dans le genre cocker triste, même si tu ressemble quand même davantage à un teckel, niveau caractère j'entends), "Catherine, le monde a changé" (dans Chanson d'Innocence, une superbe reprise de Sounds Of Silence qui dit que les chasseurs sont sympas, comme les routiers, parce que eux ils flinguent les oiseaux mais pas au nucléaire). Inconsciemment, tu t'en rends compte, tu racontes tellement d'âneries qu'on a l'impression que tu as toujours été de droite. Positive un peu, mon garçon. Tu peux y arriver. Tente un duo avec Carla Bruni plutôt que de parrainer la carrière de Raphael, je suis certain que Sarkozy pourrait te donner quelques idées. Sois punk, un peu ! Genre casse-toi pauv' con, tu vois ! Je suis sûr que Carla elle aurait mieux récité tes poésies que la speakerine du disque, mais bon, passons, c'est toi qui vois.

Donc, disais-je, Gérard 2000 invente le podcast sur CD. Peut-être, mais là, moi ce que ça me rappelle c'est quand la prof de musique nous passait "la vie de Mozart" racontée par un inspecteur de l'Education Nationale et parsemé d'extraits choisis. Tout le monde s'en foutait, à commencer par elle, ça faisait passer l'heure de musique et en échange on foutait pas le bordel.

Et oui, ça me gonfle, les allusions à trois balles et les rimes riches à la con, genre les punaises qui dévorent mon ouvrage sur la parthénogénèse (croyez bien que celle-là, je pouvais pas l'inventer). On a peut-être mauvais goût, globalement, parce qu'on a pas été des millions à tomber raides de Lumières ou de Royaume de Siam, et pourtant oui, il y avait de quoi. Mais l'Enfer, c'est les Autres, c'est pas Nous. Alors bon, quand Gérard 2000 se prend pour Orphée, vous savez, celui qui voulait plus chanter sauf pour celle - la lionne - qui voulait même pas l'entendre et qu'après il a vécu en attendant la mort, oui bon OK. Sauf qu'on attend quand même depuis cinq bonnes minutes une première chanson, mon Gégé.

Heureusement, même si la gonzesse continue à papoter régulièrement pendant tout le disque (ça doit être la soeur de la critique de Télérama, c'est pas possible autrement), de temps en temps il y a des chansons dans le disque. Comme l'eau dans le Banga, y'en a mais pas trop. Et là, c'est un florilège, une encyclopédie des Recettes de Studio du Gérard. Ils ont dû être contents chez Woodbrass, le guitariste a dû leur racheter toutes les pédales invendables. Ca glougloute, ça fait vlaaaam des fois, bref, comme le guitariste de la Fête de la Musique de Guérêt quand il reprend Wild Thing en fin d'apéro, quand tout le monde est bourré au kir. On y retrouve aussi parfois (ou pas, comme dirait l'autre grognasse), les super boites à rythme qui avaient pourri Matrice et Revivre, à l'époque. Gérard 2000, faut pas croire, il est jaloux des Daft Punk, et lui aussi il sait faire dans le vintage. Que T'Ont-Ils Fait ? Ben c'est moi qui te pose la question, mon Gégé, parce que mélanger le poum tchak de ta Roland 808 avec des riffs hardos FM comme tu aimes, en plus rajouter du saxophone (un peu comme quand le cousin du guitariste à Guérêt vient jouer Breakfast In America le jour du marché aux bestiaux). Et puis juste après, re-la gonzesse, avec ses coquillages et ses fleurs partout, et Gérard 2000 d'embrayer...

Franchement, j'aurais adoré me tromper. Tomber des nues. Je dis pas qu'il n'y a pas 15-20 secondes par-ci par-là durant lesquelles on ressent un rien de frisson, entre un vieil Atelier du Crabe et un lointain Train du Soir. Mais j'aurais bien aimé rien qu'une chanson en entier, rien qu'une, qui soit pas gâché par la speakerine, galvaudée par des choeurs qui n'ont rien à faire là. On était pas loin, avec Ma Collection Particulière, par exemple. Gérard 2000 est presque fun, sur celle-là, avec plein de références (à sa propre oeuvre, faut pas déconner non plus). Et ça fait pas de mal, on oublie un peu la Tragédie Grecque, mais ça repart de plus belle. Tu Es Condamnée, je vous laisse Gérard avec Démétrios, je vais faire caca pendant ce temps. Tiens, du fond des latrines j'entends la speakerine (ça fait un peu Elmer Food Beat, comme rime, vous trouvez pas ?), ça radote sur fond d'accords déjà entendus (Gérard 2000 recycle les déchets, c'est un rusé). Ca me rappelle quand ma fille regardait les Télétubbies. Bon, je zappe. La première fois de ma putain de vie que je zappe un morceau de Manset (oups, zut, j'ai dit son nom ! Que le grand cric me croque !). Bien fait, Gérard chante sur la suivante, Galaxie. Arrangements période Vallée De La Paix, toujours l'impression d'être au stand Fender du Salon de la Musique mais bon, ne renie pas ce que tu as aimé, hein. Sauf que c'est déjà la dernière plage...

Superbe, d'ailleurs, les plages du nord de la Martinique, l'océan s'y déchaîne, c'est assez grisant. Je me suis baladé aujourd'hui. Je sais pas si je vous ai dit, mais Vendredi Saint est férié en Martinique. Ca ferait  une bonne chanson, tiens, si j'étais voyageur déprimé. Je prendrais une photo floue d'une poubelle à Fort-de-France, je prendrais un pseudo, du type Marcel Ganson (passe-partout, quoi) et je chialerais sur le monde.

...je l'ai pas déjà dit ça ? Il me semblait bien aussi. Je devais pas vous parler d'un autre truc ? Bof, rien d'essentiel sans doute, peut-être que ça me reviendra ?

Tiens, le téléchargement des derniers Iron Maiden et Motorhead (merci Zorny) viennent de se terminer. Ca tombe bien, j'avais envie d'écouter un chouette disque, aujourd'hui, un truc qu'on sait déjà comment ça commence et comment ça finit, mais qu'on est sûr de pas être déçu et de pas avoir à réfléchir. Pas comme... comment y s'appelle déjà ?

Un immense merci en passant à Capitao.



33 commentaires:

  1. Ha ha ha... te voilà sélectionné pour la critique la plus capable de nous convaincre tout en nous poussant à l'écoute. Poussez vous, poussez vous, c'est mon tour, ce disque à l'air vraiment trop.... à moi, à moi.
    Je n'ai vécu ça qu'une fois avec la critique de HAMLET de Johnny Hallyday. Tu ne me crois pas?
    Lis moi ça
    http://www.culturopoing.com/musique/dossiers-hommages-musique/johnny-hallyday-hamlet/20071024
    Et dis moi pas que t'as pas envie d'en écouter des extraits?
    Et ben tout pareil, le 2000 je le connais si peu que j'y avance lentement, alors si j'adoptais la chronologie je n'étais pas prêt d'atteindre celui ci.
    Mais voilà, tu es passé par là. Et je vais temporairement - pour combien de temps? - abandonner Traffic, Spirit et Karen pour petit déjeuner avec la musique et "ta" petite musique en tête.
    Je l'aime déjà mon samedi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ! Hamlet par Johnny Hallyday, figure-toi que je l'AI ! Eh oui, en version digipack, même. Chaque année j'essaie d'avancer (je dois être à la deuxième chanson, c'est déjà pas mal...). Je me rue sur ta chronique, défendre ce truc relève de la médaille militaire, la légion d'honneur et plus si affinités !

      Supprimer
    2. Hum, défendre? Disons que , comme toi - c'est ce que je voulais dire - il démonte mais donne envie, ne serait ce que pour "voir" Toute ma vie je me souviendrai de la phrase "Il est fou comme une tomate" Si si... mais faut que tu avances dans l'oeuvre.

      Supprimer
  2. Un plaisir de début de weekend de lire ces 2 papiers sur Gégé et JoJo :-). Bon weekend et merci à vous 2 pour le plaisir des yeux.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette revue. De Manset j'aime beaucoup "Lumières" et "Prisonnier de l'inutile" et le reste me laisse quelque peu indifférent.
    Sinon il y a un dicton à ne jamais oublier: si Télémerda en dit du bien, passe ton chemin. Moi aussi je sais rimer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec le dicton...

      Supprimer
  4. Pas le temps d'écouter. Je me suis contenté d'un rapide zapping. J'ai quand même entendu des petits trucs sympas (pourvu que le grand cric ne me croque pas !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien le problème : Gégé le Philosophe se contente de "petits trucs sympas", mais ça c'est comme les champignons, faut les trouver, et j'ai pas la truffe assez humide en ce moment pour renifler les sous-bois et chercher des cèpes dans un tas de boue...

      Supprimer
  5. Merci à tous pour vos commentaires. Que cela ne vous empêche pas d'écouter le livre-disque de Gégé (même si c'est plus compliqué à comprendre que les 101 Dalmatiens et qu'il a oublié la clochette pour changer de page).

    An lot soley !

    RépondreSupprimer
  6. merci pour cet avis... (si proche du mien, en mieux écrit!)... j'en attendais sans doute trop (les illustrations, l'idée de "concept" tout ça, je voyais revenir un côté bricoleur), des textes navrants, une voix (enfin ce qu'il en reste pour le coup il est bien dans la thématique : ruine antique) et une musique absente (une tapisserie musicale cheap avec deux trois accents "world music" pourris).... bref... direction l'oubli !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez Gégé ! Sois courageux, vite, retire-le de la vente et ressors-nous "Royaume de Siam" à la place !!!

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Ça va passer pour l'esprit de contradiction, je vous jure que non: J'ai aimé? Non, non, mais je gagne au moins un truc, enfin j'aime sa voix et ce qui était à mes oreilles pleurnichard, geignard passe maintenant pour émouvant. Je vais avancer plus vite dans ses oeuvres. Au fait, Télérama - avec le quel vous êtes bien dur - j'ai lu des "mélodies monochromes" J'aime bien. Effectivement je trouve beaucoup de ses chansons comme des mélopées, une seule ligne rarement brisé, que je pensais monotone même. Mais ça, c'était avant (qui c'est qui regarde trop la télévision?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me fait l'effet inverse : de l'émouvant il passe au stade pleurnichard. Va comprendre...

      Supprimer
    2. Possible et même probable, je vais surtout profiter d’apprécier sa voix maintenant pour écouter son passé, c'est là qu'il y a à défricher pour moi. Cet album parlé chanté aura servi à ça.

      Supprimer
    3. Puisque tu as franchi l'étape de la narration, que tu sembles apprécier Ferré dans ses élans symphoniques, je ne saurais trop te conseiller de démarrer par La Mort d'Orion, direct. Attention à la claque ! Petit veinard !

      Supprimer
    4. Bon, de relance en relance, il peut y avoir le commentaire de trop, mais je ne pouvais pas laisser passer ça, mon expérience, mon égocentrisme: Je connais bien ORION et je pense que cela pouvait être un frein, il fait partie de ces albums qui réunissent des artistes Français dont je regrette que la démarche n'a pas porté davantage de fruits: Ambition, prétention, grandes orchestrations etc... Justement, Manset et le moment exacte où il chante "... vivent les hommes" est gravé à jamais dans ma mémoire, mais voilà, je n'écoutais pas trop la suite, un peu, pas désagréable, mais pas davantage, mon petit coeur battait à son rythme habituel, rien. Pendant que je te cause, enfin, ENFIN! je m'écoute avec frisson "ton" vinyle MANSET et j'ai directement attaqué "On Sait Que Tu Vas Vite" et maintenant je suis accroché. Rien que ce titre multiforme, il y avait un cap vocal pour moi à passer (Comme la miss Dalton) la voix est ma clé en général (sauf quand... ça ne chante pas..) Merci qui? Merci APhrodite, quand même, si si.

      Supprimer
  9. Cette fois-ci, j'ai pris le temps de bien écouter cette galette et je suis obligé d'avouer que je suis tombé sous le charme. L'œuvre est ambitieuse et riche, plutôt sombre. Certains textes sont assez "ardus", alors on sort le dico parfois !!! On le faisait déjà dans les années 70 avec Ange !
    L'ambiance générale rappelle le très bel Obok. Les "pastilles" récitées par Chloé Stefani ou Gégé himself, sont comme des respirations entre chaque orgasme.
    La voix est toujours là. Fragile, envoûtante. Les arrangements musicaux aventureux et surprenants.
    Je suis sûr que ce disque fera date dans l'histoire de la chanson française.

    RépondreSupprimer
  10. Hello Jeepeedee,
    Après le Best of, les duos et l'Anti best of, Gérard 2000 a du se dire qu'il fallait frapper un gros coup. Ce sont des choses qui peuvent arriver, un artiste se lance dans une aventure ambitieuse, tout indique qu'il va se planter, mais il s'entête... J'avais crus comprendre qu'il allait nous proposer une fresque "prog"; ça me fait mal de l'écrire, mais j'aurais préféré. Concernant la musique, nous avons une boîte à rythmes asthmatique qui semble avoir été programmée par un débile léger; une guitare (j'espère qu'il ne s'agit pas de Pierre Chérèze) qui ne fait même pas des effets de manche, mais des effets d'effets pour noyer l'absence de mélodies et même de riffs; des cuivres ridicules... Et le reste est encore pire... Personnellement, j'aime bien Pierre Louÿs, mais surtout ses œuvres cochonnes (je recommande chaudement (si j'ose écrire) son "Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation"... La jeune femme qui fait la lecture possède une voix qui a l'avantage d'être acidulée et assez sensuelle, on ne peut pas en dire autant de tout le monde. C'est peut-être ce qu'il y a de plus triste dans cette histoire: Gérard 2000 semble être en train de perdre la sienne... Tu cites plusieurs exemples, mais tu as oublié le plus beau (je crois que c'est à la fin du premier titre (j'ai modérément envie de vérifier)): il nous offre une sorte de calembour (que même Laurent Ruquier n'aurait pas osé) avec les noms de Jean Marais et Simonne Signoret (comme il est très fier de sa merveilleuse trouvaille, il nous la répète deux fois de suite)...
    Je vais ranger ce machin à côté du "Lulu" de Lou Reed & Metalicaca.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois Jimmy que tu as le mot de la fin : à ranger à côté de "Lulu" de Loulou et ses Métalleux.

      Supprimer
  11. P.S. : si je devais conseiller un Small Faces, ce ne serait pas le premier, mais le deuxième (le premier pour Immediate).

    RépondreSupprimer
  12. Bon je vois que GéGé a son manteau taillé pour l'hiver. C'est con, on vient juste de démarrer le printemps. Il l'aura en avance pour l'an prochain :-)

    RépondreSupprimer
  13. Ayant acheté l'opus de Gégé et l'ayant reçu, je l'ai écouté : En effet le jeu de mot répété sur Simone s'ignorait et Jean Marais est assez lourdingue.
    Ce qui m'a cependant frappé c'est la ressemblance frappante au niveau de la voix entre Gégé et BHL. C'est bluffant.
    GéGé a fait vraiment mieux. Je vais ré-écouter les premiers vinyles du maître avant qu'il ne les auto-mutile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui serait classe de sa part c'est qu'il retire cet étron de la vente, là, tout de suite, avec interview fracassante chez Téléchiotte... Z'auraient l'air bête tous les critiques qui ont encensé le truc par pur fayotage (je vois pas d'autre explication ???!!)

      Supprimer
  14. Merci , j'ai le disque après avoir écouté (pas au point d'acheter les yeux fermés après le coup des "remake" de 2013) , c'est pas 2870 ou Lumières , le concept parait un peu bancal mais je me contente des chansons , tant qu'il n'y a pas de duo avec Raphaël... pour ceux que ça interesse : http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/gerard-manset-fait-sa-premiere-heure-7782470093 , quelques bonnes anecdotes comme l'enregistrement de "Que ne fus-tu?".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'écouter l'interview ! sur RTL ! il manque pas d'air le Gégé quand même, dans le genre je suis un génie... Cabrel, Aubert, tout le monde mange...

      Supprimer
  15. Interview à écouter d'urgence : Manset explique à la plèbe qu'il est allé bien plus loin que des tocards (l'expression est de moi, désolé) comme Gainsbourg... ben voyons Gégé !

    https://www.youtube.com/watch?v=yu03LRAAFhg&index=57&list=UUPu8TV-sLxdmLHIlIGEJ-3w

    RépondreSupprimer
  16. comme un chien qui ronge son os

    RépondreSupprimer
  17. mais tu fais dans ta culotte mémère, tu es devenu même Esszaïmeîr

    RépondreSupprimer
  18. tout seul dans ta petite chambrète, à te tirer ton p'tit élastèque

    RépondreSupprimer
  19. Tu finiras comme jimmy, à te prendre pour un littéraire

    RépondreSupprimer