J'ai acheté des CD depuis 1986 (et plein de vinyles avant), j'y ai mis énormément d'argent. J'en ai souvent racheté (remasterisations, bonus tracks...) et aujourd'hui tout ça ne vaut plus rien. Les rayons se vident au profit des DVD, des blu-ray disc (tout pour les yeux, rien pour les oreilles), en attendant le prochain format.

Et pourtant... c'était pas beau tout ça ?


- - - Disapproved by the Central Scrutinizer - - -

mardi 31 octobre 2017

#210 Hüsker Dü "Zen Arcade"

NOTO BENETS : Je jure, crache, promets que ce post, rédigé avant-hier et gardé au chaud le temps de laisser chanter Christy n'a rien à voir avec une éventuelle tentative de piraterie du blog de Jimmy, ou je retrouve ce disque posté hier (enfin, aujourd'hui , quand je lis ça quoi, mais demain quand vous lirez ça...). Du coup je le sors du four avant l'heure... Les grands esprits... Dingue quand même cette affaire

Parce que vu le pavé envoyé il y a quelques jours, il ne faudrait quand même pas imaginer que je noie mon chagrin dans le spleen gaélique à toute la journée. Et puis mes amis russes sont pleins de resssources :

- Dimitri il aime bocou Houskair Dou quand il attaque la deuziome bouteille de vodka, pour discouter avec ses amis tchétchènes, alors pouisque tou aimes le soung braiting (mes amis russes lisent très peu les Inrockuptibles, NDLR), ça debré te plaire. La guitare est joulie sur troisième chanson.

 Avec des arguments pareils, impossible de refuser l'intégrale du , si ? J'ai donc téléchargé avec un sourire poli (les russkofs ont quand même mon adresse IP, merde), peu certain qu'après toutes ces années, du punk rock du beau milieu de terribles années 1980 puisse encore m'émouvoir. Et puis la crainte de revenir sur de beaux souvenirs, aussi. Avant Nirvana, bien avant, ces gars-là tenaient la dragée haute à pas mal de monde, et semblaient même intouchables. Quid, aujourd'hui, alors qu'on a tous oublié Sugar (ouf, plus besoin d'être polis) et que bientôt on osera dire que Sonic Youth c'est casse-pied la moitié du temps (Que c'est d'ailleurs pour ça, au passage, que l'album culte de Sonic Yourh, Daydream Nation, est un double-album) ?

Ben disons que, Dimitri, tu vois, t'aurais même pas besoin de vodka avec ça. Enfin si, je sais, ça te calme, la vodka. Mais mazette, quoi, plus de trente ans après, le truc n'a pas pris une ride ni une once de gras. N'a pas ralenti dans les virages. Pride est toujours aussi jouissive. Et c'est pourtant un double-album - les petits gars tiennent la cadence sur 70 minutes.

Alors il est où le miracle ? La recette ? Le pourquoi du comment ?

Du pourquoi de comment y'a pas. Ce truc est construit comme un OVNI, donc de ce côté-là l'affaire est réglée. Quand bien même le jeune Bob (pas l'incontinent qui dans son Alzheimer se prend pour Jacques Martin, Bob le Mould) se fend d'un concept album (ha ! la tronche des gars de Yes ! matez le concept album les endives ! Ca gratte hein !) qui consiste en gros à faire passer le message ô combien voltairien quoique vous en pensiez, y'a toujours pire ailleurs, chouette époque on vous dit.

La recette ? Non mais David Geffen sors de ce corps ! T'amenais une calculatrice au studio, Grant Hart il faisait une crise d'épilepsie. What's going on inside my head ? On se pose toujours la question, en tapant du pied. Ce que bien d'autres auraient caché/censuré/évité, les le mettaient en avant. Pains, jams, premières prises, dans ta face connard. Paf.

Le miracle ? Sans effets. Ecoutez l'intro à la batterie de Something I Learned Today qui ouvre le disque et vous aurez tout compris. Pas un pet de reverb, pas un reflet kitsch sur la caisse claire. Non, direct le truc. Et pareil pour la basse. Et la guitare, à fond la guitare, évidemment qu'il y a de la disto, y'a même que ça  mais c'est tout. P-U-N-K. Alors évidemment, quand on supprime tout ce qui - une fois la mode passée - sera démodé, on travaille pour l'avenir mes amis. Même si dans cette bouse de vie, l'avenir ça fait peur. Alors on planque tout. Les mélodies imparables (Standing By The Sea, Somewhere, oh et puis Pink Turns To Blue, incroyable, et puis... toutes les chansons, en fait) quelqu'un finira peut-être par les trouver ? En tout cas on risquera pas de marcher dessus par hasard même si elles deviennent un peu plus faciles sur la fin, comme si le masque brutal de la timidité tombait petit à petit, comme si... on était entre nous, ayant découragé les curieux une fois les premiers brûlots expédiés.

Alors évidemment, ils en vendront 400, des albums, dont un à Kurt Cobain. Enfin, au moins un. Je serais pas étonné qu'il l'ait usé jusqu'à la corde. Et on comprend mieux son problème quand on a grandi avec ça, qu'on veut faire le même à son tour sauf qu'on devient la coqueluche de millions d'abrutis pour qui Zen Arcade ça doit être sorti chez Nintendo à l'époque, non ?

23 chansons. Qui, ralenties, travaillées, auraient pu lancer 23 carrrières, en plus de celle de Nirvana. Cachées sous une pochette moche, grimées par la vitesse, salies par une production boueuse qui - ne riez pas - rend aujourd'hui la remasterisation du catalogue problématique (je n'invente rien, je l'ai lu). Un peu comme ce dessin que le gosse planque du revers de son bras. Regarde pas, l'adulte, tu comprendrais pas, tu sais même pas rêver. The Toothfairy And The Princess, tu peux même pas l'imaginer.

- Vladimir a dit moi Krouchtchev lui aimait bocou Housker Dou, il disait ça être bon pour tracasser Reagan me confie Dimitri pendant que déjà mes autres amis russes pogotent sur Turn On The News. Ca sent la fin, déjà, avant les 14 minutes (!) du kasatchok final complètement schizophrène de Reoccuring Dreams. Ce qui, au passage, nous rappelle que cela ne laisse que 56 minutes pour les 22 autres morceaux (quand je vous disais qu'il n'y avait pas de graisse)... Merci donc les copains, j'avais été tenté par celui-là, initialement par simple curiosité nostalgique, mais je vais de ce pas me remettre Candy Apple Grey et tous les autres dans les mirettes.

Ah et puis cette chronique est dédiée à l'ami Keith Michards. Premier à avoir commenté le post sur Christy Moore, je ne pouvais que chercher quelque chose d'assez délicat à ses papilles.

A bon entendeur...

Edith, encore merci d'avoir lu malgré la redite. Tiens, c'est pour toi - je sais que tu aimes les surprises. Les bonbons, les pommes, tout ça...

17 commentaires:

  1. Ben t'sais quoi, feuilleton de l'hiver : on oblige TOUS les lascars (La Clique à Jimmy, Till, Charlu, Keith, Dev, Marius, Fracas, Chris, Alex & Etienne, j'en passe et des meilleur(e)s ...) à chroniquer Zen Arcade. Avec ou sans Moscow Mule.On n'a pas fini de rire.
    (Héééé la pochette, j'ai hésité à en parler mais je la trouve mag-ni-fi-que)



    Euh par contre, double-album ou pas, j'ai jamais pu écouter un disque de Sonic Youth en entier. Voire deux morceaux à la suite ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca prouve quand même que ce disque c'est kekchose pour qu'on s'y prenne dedans en même temps ! Bonne idée que ce feuilleton !

      Supprimer
  2. Pourquoi que il m'énerve le JPD et que j'y reviens?
    Réponses par exemple
    (pas l'incontinent qui dans son Alzheimer se prend pour Jacques Martin, Bob le Mould)
    (ha ! la tronche des gars de Yes ! matez le concept album les endives ! Ca gratte hein !)
    j' l'invitera bien à un rhum bien tassé pour lui démontrer que ... Mais sans rhum, no chance
    Bien, comme le EWG chez Jimmy, grand ce disque, production de base, suffisante sauf si on veut vendre?
    Quoique
    le Jimmy parle de 320 de bitrate, moi je me demande si sur un magnéto pourri (ma jeunesse) ce Husker il écraserait pas comme une m***rde (j'ai des censures) n'importe quel Tears for fear (mais avec du rhum je peux t’expliquer)
    J'ai mis un peu de temps, mais j'ai de suite compris que ce disque il fallait y croire. Et pas déçu. C'est bien simple Le Nirvana j'en pense que du bien, mais je l'écoute plüs... Alors que!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. No way Devant, j'ai arrêté de boire, aucune chance avec ton rhum. Ceci dit, parfois c'est la tristesse qui rend méchant (Dylan), parfois la jalousie, la révolte... et souvent la méchanceté est plus drôle que la tristesse ou la jalousie. CQFD ?

      Supprimer
    2. Tu fais chier... tu as en partie raison

      Supprimer
    3. j'ajoute dans l'inutile indispensable à échanger: "Candy Apple Grey" reste me coup de coeur que j'aurai dû raconter depuis longtemps (+ copier collé pour ailleurs)

      Supprimer
    4. Je sais pas si j'ai raison, c'est ma stratégie de survie, c'est tout... et Candy Apple Grey figure en lien bonux, en bas du post...

      Supprimer
  3. J'aimerai raconter une anecdote sur ce disque mais je n'en ai pas vraiment si ce n'est qu'à son écoute, j'm'étais dit que je devrais peut-être explorer le hardcore US. En fait, pour ma part, je regrette un peu que le groupe n'ait jamais voulu retrouver par la suite cette furie que les deux premières faces possédaient.

    Par contre, j'ai la fâcheuse tendance à m'arrêter à 56mn sur cet album... Et je n'ai jamais été plus loin dans le hardcore en me disant que j'avais déjà obtenu mon Dü (personne ne l'avait encore faite celle-là?)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour être honnête, pour ma part non plus, le hard-core l'est pas le genre qui me pousse le plus à la curiosité... J'arrive à supporter un disque de folk qui ne me foudroie pas, mais quand ça s'énerve trop j'ai vite tendance à zapper...

      Supprimer
  4. On a le droit de faire aussi de la pub pour New Day Rising (et trouver leur dernier un peu moyen à la longue)?

    RépondreSupprimer
  5. Lü et approuvü !
    Merde quand même, balancer ça le jour de la Toussaint. Y a plus de respect ma bonne dame...

    RépondreSupprimer
  6. In my pocket le Zen Arcade !
    « Ah oui! C'est fin, c'est très fin, ça se mange sans faim »
    :-)

    RépondreSupprimer
  7. Ben dis donc, ça commence à faire beaucoup de posts de Zen Arcade tout d'un coup. Surement parce que je l'ai écouté l'autre soir intégralement à fond sur l'autoroute. Cependant peu d'hommages à Grant Hart récemment parti et aucune allusion au coffret sorti il y a très peu "Savage Young Dü" qui exhume des enregistrement très précoces d'Hüsker Dü.
    On peut le trouver là:
    http://exystence.net/blog/2017/10/18/husker-du-savage-young-du-2017/
    ou là:
    http://newalbumreleases.net/99420/husker-du-savage-young-du-2017/
    Régalez-vous, c'est offert et ça réchauffe(ceci dit, à Minneapolis, il fait très froid l'hiver. Je sais, j'ai essayé).
    Bolox.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de le rappeler, RIP Grant...
      Pas encore eu le temps d'écouter le coffret...

      Supprimer
  8. Pour les jusqu'auboutistes, voici quelques adresses pour plus d'Hüsker Dü. Notamment les outtakes de Zen Arcade:

    http://wilfullyobscure.blogspot.fr/2011/12/husker-du-zen-arcade-demos-outtakes.html

    http://revolutionrock012.blogspot.fr/2015/09/husker-du.html

    http://sophiesfloorboard.blogspot.fr/2017/09/husker-du.html

    http://inthezenarcade.blogspot.fr/2012/02/husker-du-metal-circus-1983.html

    Bonnes nuits blanches...
    Bolox.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Bolox ! ha ! des outtakes de Zen Arcade, c'est tentant...

      Supprimer