J'ai acheté des CD depuis 1986 (et plein de vinyles avant), j'y ai mis énormément d'argent. J'en ai souvent racheté (remasterisations, bonus tracks...) et aujourd'hui tout ça ne vaut plus rien. Les rayons se vident au profit des DVD, des blu-ray disc (tout pour les yeux, rien pour les oreilles), en attendant le prochain format.

Et pourtant... c'était pas beau tout ça ?


- - - Disapproved by the Central Scrutinizer - - -

mercredi 21 août 2013

Blog'nRoll Hall Of Fame #1 : Jimmy Jimmereeno

Ouais, il faut bien, puisque personne ne le fait. Vous savez quoi les amis, on va s'auto-congratuler, se claquer des tapes dans le dos et se reconnaître nous mêmes tels que nous sommes, tels que nous désirons l'être : de vrais passeurs de culture, même pas contrebandiers, de d'ceux qu'on la frimousse toute belle quand un péquin anonyme ose - le fou - un commentaire anonyme en disant que merci, que ce disque, mince alors, jamais il aurait cru que, etc. etc.

Parce que, visiblement, on ne nous aime pas. Tout dématérialisés que nous sommes, à une époque, on aurait pu aider le monde à vendre des Walkman, aujourd'hui couic, nada. Nous sommes des vilains qui passons notre temps à dupliquer des bits et des octets qui ne nous appartiennent pas, et nous faisons mauvais genre dans le paysage. Eh oui, les 0 et les 1 du monde binaire sont privatisés, on n'a pas le droit de les ranger dans l'ordre qu'on veut dans un fichier informatique, il pourrait en sortir du Genesis !

Nous ne sommes même pas avides de revenus mal gagnés, contrairement aux supermarchés du genre qui ne semblent pas inquiétés : z'avez beau chercher, pas une pub sur nos pauvres blogs. On risque les foudres du FBI pour quelques merci, et m'est avis que certains groupes qu'on vante ici n'ont même pas à s'en plaindre. J'ai moi-même, très modestement certes, mais quand même, essayé un temps de réhabiliter Chicago. Et vous pensez que j'ai que ça à faire ? C'est au pauvre Terry Kath, suicidé de l'histoire du rock pourri que je pensais. Pas à Columbia ni à James William Guercio. Nous avons nos pauvres mots, pas toujours bien sentis, pas de quoi faire rougir Marcel Proust, mais bon sang les gars, il semblerait que notre seule passion vaille mieux pour faire passer ce putain d'esprit rock'n'roll qu'un DEUG de littérature moderne raté qui permet de piger dans les Inrocks. Tiens, bande d'affreux, et Rock & Folk dans le même sac : tous remplis de journalistes pas assez talentueux pour écrire tout court, alors on écrit sur le rock. Depuis combien de temps Philippe Manoeuvre n'a-t-il pas acheté un disque ? A-t-il pris ne serait-ce qu'une fois cinq minutes pour en copier un à un pote ? Et ce beau monde de disserter le plus légalement du monde sur des disques qu'ils n'ont écouté que s'ils étaient constipés, le vol A/R vers Los Angeles offert par Universal pour interviewer je-ne-sais-qui leur laissant trop peu de temps pour jeter une oreille sur le gagne-pain du mois.

Franchement, merde. J'ai été emmerdé 3X par la censure : la première fois, pour des pierres qui ne roulent plus trop. Hop, viré l'article, fini les ennuis. D'autres continuent de m'agacer. Un petit groupe roots folk/blues dont je tairai le nom pour pas leur faire de pub, sans doute vexés par les commentaires, qui calmaient mon ardeur pour un album finalement plutôt oubliable. Et, imaginez-vous, aussi par des têtes de transistor qui m'en voulaient d'avoir posté un disque (ok l'ordinateur ?) que si vous l'avez pas, vous pouvez même l'emprunter à votre facteur. Je ne sais pas si l'andouille qui s'appelle Tom mais qui sait même pas écrire son prénom de trois lettres correctement (y'a pas de H, normalement, si ? c'est fun, alors just call me JheePheeDhee and forget me, bastard) est au courant, mais franchement ça me rend triste.

Je me rappelle de la pub de Memorex, vous savez, les cassettes au bioxyde de chrome. Eh ben si on repiquait un Jimi Hendrix, on avait le son de Jimi Hendrix. Tout ça en pleine page dans Rock & Flock. Et aujourd'hui, le Zornophage se fait fermer sa boutique à cause d'un Marillion et d'un Steve Hackett. Boudiou, c'est vrai qu'il a mauvais goût mais quand même ! Et le Devant, avec ses chroniques dont on ne sait même plus de quoi il parle à la fin, mais avec un blog sur lequel on découvrait des versions de 1954 de Tanhauser que personne n'empruntait plus dans sa médiathèque, on lui ferme le clapet.

Vous remarquerez que je prends même plus la peine de mettre en gras le nom des groupes et artistes, trop fainéant, trop énervé.

Bien sûr dans vingt ans, quelqu'un découvrira sur un vieux serveur de chez Google que la seule copie qui reste du 1er album de Hatfield And The North, c'est grâce à nous qu'ils l'auront retrouvée.

En attendant, je nous trouve bien seuls à oser encore se servir du web comme outil de partage de passions diverses et variées, ce que n'a jamais fait Napster, au hasard. Ni même plus les vendeurs de la FNAC, trop occupés à se recycler dans les grille-pains.

Heureusement, le vinyle revient. J'encourage tous les rock-critics de la haute à buzzer sur la hype, dénigrer le CD et les mp3. Ca nous fera des vacances. Ces andouilles apprécieront le doux son du vinyle recrachant un master numérique (ha ha ha !!!) moins bien que votre Nintendo 3DS, et c'est très bien comme ça. Allez, les copains, on tient bon encore un an ou deux et on s'achètera une maison sur la Côte d'Azur en revendant un 45 tours des Stones.

En attendant, messieurs mesdames, voici ici venu le temps du Blog'n'Rock Hall Of Fame. Oui, ça fait un peu je m'aime je m'aime je m'aime, mais parfois un petit coup de paluche ça aide à garder le moral.

Premier du nom, Jimmy (et là je remets du gras). Parce que ce gars-là, il t'a une ferveur à maintenir le cap, à encourager les blogozippés à continuer, à reprendre, bref, du genre : un disque pour les tenir tous, le Seigneur des Sillons, tout ça tout ça. Avec toutes mes excuses aux précurseurs, aux fidèles phénix ratiboisés par la bêtise de l'économie numérique (Mister Moods, brand new Zornophage au hasard, Devant plus récemment, etc. etc.) ainsi qu'aux inconnus chez qui j'ai pu vivre aussi des passions intenses (mais où donc ai-je trouvé ce pirate de Zappa ? sais plus.).

Bon, ceci dit, il poste du jazz et de la musique brésilienne, avec un mauvais goût pareil, il pourrait bien être des RG, mais je ne peux pas m'empêcher de croire que si c'est le cas, l'animal s'est pris au jeu. Sinon, Keith, on lui fait la peau, hein, on lui envoie un Slayer vérolé sur sa boîte mail et le coquin sera bien puni.

Hatts Off To You, Jimmy !

Allez, capitaine, on va où maintenant ?

Tiens, si j'avais eu le temps, j'aurais posté Kick Out The Jam du MC5. Si celui-là, monsieur le FBI vous venez me le réclamer comme étant votre propriété intellectuelle, vous oubliez les années de tôle de John Sinclair, la triste vie des autres et là franchement, votre petit mail me ferait presque plaisir.

Et tant que j'y suis, un peu de pub pour ceux qui ont trois sous à donner pour une bonne cause, moi j'ai donné :

http://www.kickstarter.com/projects/1420189458/pete-seeger-vs-the-un-americans-nonfiction-book

Et le FBI, il a donné des sous pour ça ?

Bref, je m'égare.

Hatts Off to you, Jimmy.

18 commentaires:

  1. Jeepeedee !!! ^_^
    Ca fait un bien fou de te relire mon ami. Et quel vibrant hommage !!!
    Tu reripes bientôt ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Zorny

      Déjà j'écris un petit mot, pour les rips, on verra ça bientôt. Le temps me manque, l'envie aussi. Je vous aime les gars.

      Supprimer
  2. Bon sang quel retour!! Quel bonheur de te revoir dans les parages et de te lire! Pars pas trop loin quand même.

    RépondreSupprimer
  3. j'aime lire ce blog...et surtout quand il y a de belles choses...
    très eclectique, bravo
    Une petite pensée aussi pour Terry Kath, qui est le guitariste qui m' a convaincu de continuer la guitare (grand fan et rencontre avec l'homme à Paris en 77)
    Ton blog c'est du bonheur, je confirme !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Terry Kath, pauvre oublié, celui-là, mince. Je l'ai toujours adoré. Merci pour ton commentaire, on se sent moins seul.

      Supprimer
  4. Loin de moi l'idée de me plaindre, mais, pour un texte d'intronisation, je trouve qu'on parle assez peu de moi, finalement! Couille de nouille! ça y est, j'ai fini par choper la grosse tête!
    Merci Jeepeedee, mais il est grand temps de nous refiler de la musique, désormais. Je n'ai plus rien à écouter!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Capitaine,

      la musique est dans le post à suivre. Pour la grosse tête, c'est nécessaire pour avoir de grandes oreilles pour tout écouter, ne complexe pas.

      Supprimer
  5. C'est le prochain Dylan qui te fait sortir de ton silence....
    Content de ton retour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu rigoles mais j'en rêvais, d'un "Bootleg Series" sur la période Self Portrait. Ca me paraissait improbable, et pourtant... c'est vrai que ça me rend content ;o)

      Supprimer
  6. Bonne nouvelle! Je commençais à délirer. Prends soin de toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci La Rouge. Toi aussi. Ca fait plaisir ton petit mot.

      Supprimer
  7. Hello.
    C'est qui ce Jimmy ?
    Et welcome back !
    EWG

    RépondreSupprimer
  8. Un torrent de mots qui détruit tout sur son passage... mort aux c...s ! Et vive Jimmy, Jeepeedee et tous leurs amis bloggeurs !

    RépondreSupprimer
  9. Mais quoi pourtant alors, je vois pas bien, de quoi mais, je peux pas être plus clair... Je tente quand même.
    C'est mieux maintenant? hein? Mais si, c'est mieux puisque te vl'a!!!

    RépondreSupprimer
  10. Et c'est bien de l'écrire, bravo Jimmy et bravo JheePheeDhee.

    Content de te lire à nouveau, même si j'arrive un peu tard mais j'ai vécu loin des blogs pendant trois semaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On attend toujours ton retour, d'ailleurs ! ;-)

      Supprimer
  11. Le retour du père prodigue de la musique, sans blog ça fait plaisir!
    Merci à tous d'être.

    RépondreSupprimer